FANDOM


Music Icon
Le Cinéma d'Audiard
1992 - Le Cinéma d'Audiard
Scène tirée du célèbre clip Le Cinéma d'Audiard,
réalisé par Bernard Schmitt en 1992.
Chanson de Michel Sardou
extraite de l'album Le Bac G
Informations générales
 Auteur Michel Sardou
Didier Barbelivien
 Compositeur Jean-Pierre Bourtayre
 Label Tréma
Caractéristiques de l'œuvre
 Sortie 5 avril 1992
 Durée 3:50
 Genre Pop
12-14. Le cinéma d'Audiard (1992)
Le Cinéma d'Audiard
(extrait de l'album Le Bac G)
Titre précédent Titre suivant
Précédent 55 jours 55 nuits Chanter quand même Suivant

Le Cinéma d'Audiard est la deux cent soixante-cinquième chanson de Michel Sardou sortie en 1992. Le texte est signé par Michel Sardou et Didier Barbelivien sur une musique de Jean-Pierre Bourtayre.

Cette chanson a été écrite par Michel Sardou et Didier Barbelivien et mise en musique par Jean-Pierre Bourtayre pour rendre hommage à Michel Audiard (1920-1985), un très grand dialoguiste français à qui l'on doit les répliques cultes des Tontons flingueurs et des Barbouzes, deux monuments comiques du cinéma français des années 1960.

Paroles Modifier

« Les paroles de cette chanson, présentées ci-dessous dans leur intégralité, sont la propriété exclusive de leurs auteurs et de leurs ayants droit directs. »

C'est un Paris couleur Paname,
Un Paris de l'Avenue du Maine[1]
Où les voyous des bords de Marne
Roulent en voitures américaines.

Il y a des hommes qui portent la c'rise,
Il y a des hommes qui correctionnent[2]
Et les bénéfices se divisent
Et les réclusions s'additionnent.
En plein désert ou à Passy,
Des mots d'auteur, des mots qui fâchent,
Comme deux intellectuels assis
Iront moins loin qu'un con qui marche[3].

Le cinéma d'Audiard :
Un dialogue au comptoir,
De l'amitié qui passe
Comme les trains banlieusards
De la gare Montparnasse.

C'est un Français sur son vélo,
Un petit homme sous sa casquette,
Le Tourmalet, le vieux bordeaux,
Et pour écrire une cigarette.
Un drapeau noir sur nos faillites
Et des répliques pour déglinguer
Tous ceux qu'il a mis sur orbite
Et qui n'ont pas fini d'tourner[4].

Le cinéma d'Audiard :
Un dialogue au comptoir,
De l'amitié qui passe
Comme les trains banlieusards
De la gare Montparnasse.

C'est un ciné qui f'sait du monde,
Le cinéma du sam'di soir,
Des mots d'auteur, des mots qui grondent,
Des mots qu'on aimait aller voir.

Le cinéma d'Audiard :
Un dialogue au comptoir,
De l'amitié qui passe
Comme les trains banlieusards
De la gare Montparnasse.

Partitions Modifier

Logo Clubsardou Source Clubsardou.com
Gtk-dialog-info.png Cliquez sur une image pour l'agrandir.

Vidéo Modifier

Le Cinéma d'Audiard (1992)

Le Cinéma d'Audiard (1992)

Célèbre clip Le Cinéma d'Audiard, réalisé par Bernard Schmitt en 1992.

Logo Clubsardou Voir cette vidéo sur Clubsardou.com

Apparition discographique Modifier

Cette chanson apparaît sur plusieurs disques de Michel Sardou :

{{{alt}}}
1992 - Le Bac G (album)
{{{alt}}}
1992 - Le Cinéma d'Audiard (45 tours)
{{{alt}}}
2004 - Le Bac G (album)
{{{alt}}}
2007 - Les 100 plus belles chansons de Michel Sardou (album)
{{{alt}}}
2011 - Confidences et retrouvailles - Live 2011 (album)
{{{alt}}}
2019 - L'Album de sa vie - 100 titres (album)
{{{alt}}}
À venir...
{{{alt}}}
À venir...
Gtk-dialog-info.png Cliquez sur la pochette de votre choix pour accéder au disque correspondant ou survolez-la pour afficher sa légende.


Références Modifier

  1. Avenue située dans les quartiers Necker, Montparnasse, Plaisance et Petit Montrouge, des 14e et 15e arrondissements de Paris.
  2. Réplique tirée du film Les Tontons flingueurs, réalisé par Georges Lautner et sorti en 1963
  3. Réplique tirée du film Un taxi pour Tobrouk, réalisé par Denys de La Patellière et sorti en 1961
  4. Réplique tirée du film Le Pacha, réalisé par Georges Lautner et sorti en 1968






Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .